Citations de Neale Donald Walsh

Nous remercions Les Éditions Ariane de nous permettre de vous partager des extraits du célèbre auteur, provenant de son livre Conversations avec Dieu (la Trilogie).

« J’ai établi des Lois dans l’univers qui te permettent d’avoir (de créer) précisément ce que tu choisis. On ne peut déroger à ces lois ni les ignorer. Tu es en train de les suivre en ce moment même, en lisant ces lignes. Tu ne peux pas ne pas suivre la loi, car c’est ainsi que vont les choses. Tu ne peux t’écarter de cela. Tu ne peux agir en dehors de ces lois. »

« Chaque minute de ta vie, tu as agi à l’intérieur de ces lois, et tout ce dont tu as fait l’expérience, tu l’as ainsi créé. »

« Tu es en partenariat avec Dieu. Nous partagerons une alliance éternelle. La promesse que je t’ai faite, c’est de toujours te donner ce que tu demandes. Ta promesse, c’est de demander, de comprendre le processus de la demande et de la réponse. Je t’ai déjà expliqué ce processus. Je vais le faire à nouveau afin que tu le comprennes clairement. »

« Tu es un être triple. Tu es un corps, un esprit et une âme. Tu pourrais également appeler cela le physique, le non-physique et le métaphysique. C’est la Sainte Trinité, et on lui a donné bien des noms. »

« Ce que tu es, je le suis. Je me manifeste en tant que Trois-en-Un, ce que certains de vos théologiens ont appelé le Père, le Fils et le Saint-Esprit. »

« Vos psychiatres ont reconnu ce triumvirat et parlent alors du conscient, du subconscient et du supraconscient. Vos philosophes réfèrent au ça, au moi et au surmoi. La science renvoie à l’énergie, à la matière et à l’antimatière. Les poètes parlent d’esprit, de cœur et d’âme. Les penseurs du nouvel âge font référence au corps, à l’esprit et à l’âme. »

« Ton temps comprend le passé, le présent et le futur. Ne serait-ce pas la même chose que le subconscient, le conscient et le supraconscient? De même, l’espace est divisé en trois : ici, là et l’espace entre les deux. »

« Ce qui est difficile, insaisissable, c’est de définir et de décrire l’espace entre les deux. Dès qu’on se met à définir ou à décrire l’espace, celui-ci devient « ici » ou « là ». Et pourtant, nous savons que cet « espace entre les deux » existe. C’est ce qui maintient « ici » et « là » en place, tout comme l’éternel maintenant garde en place « l’avant » et « l’après » ».

« Ces trois aspects de toi sont en réalité trois énergies. Tu pourrais les appeler la pensée, la parole et l’action. Tous trois mis ensemble produisent un résultat qui, dans ton langage et ta compréhension, est qualifié de sentiment ou d’expérience. »

« Ton âme (le subconscient, le ça, l’esprit, le passé, etc.) est la somme de tous les sentiments que tu as jamais eus (créés). Ta conscience de certains de ceux-ci porte le nom de mémoire. Lorsque tu as un souvenir, on dit que tu te r-appelles (re-member, N.d.T.), ce qui signifie remettre ensemble, rassembler les parties. »

« Lorsque tu rassembleras toutes les parties de toi, tu te seras r-appelé qui tu es vraiment. »

« Le processus de création commence par la pensée : une idée, un concept, une visualisation. Tout ce que tu vois a un jour été l’idée de quelqu’un. Rien n’existe, dans ton monde, qui n’ait d’abord existé sous forme de pensée pure. C’est tout aussi vrai en ce qui concerne l’univers. La pensée est le premier niveau de création. Puis vient la parole. Tout ce que tu dis est une pensée exprimée et créative qui envoie de l’énergie créative dans l’univers. Les paroles sont plus dynamiques (certains pourraient donc dire plus créatives) que la pensée, car elles constituent un niveau de vibration différent de celui de la pensée. Elles dérangent (changent, modifient, affectent) l’univers; elles ont une incidence plus grande. »

« La parole constitue le deuxième niveau de création. Ensuite vient l’action. Les actions sont des paroles en mouvement. Les paroles sont des pensées exprimées. Les pensées sont des idées formées. Les idées sont des énergies rassemblées. Les énergies sont des forces libérées. Les forces sont des éléments existants. Les éléments sont des particules de Dieu, des portions du Tout; ils représentent l’étoffe de chaque chose. »

« Le commencement, c’est Dieu. La fin, c’est l’action. L’action, c’est Dieu en création – ou l’expérience de Dieu. »

« Tu ne te crois pas assez bien, assez extraordinaire, assez pur pour faire partie de Dieu, pour en être un partenaire. Tu nies depuis si longtemps qui tu es que tu l’as oublié. »

« Cela n’est pas arrivé par coïncidence, cela n’est pas accidentel. »

« Tout cela fait partie du plan divin, car tu ne pourrais pas demander, créer, faire l’expérience de qui tu es si tu l’étais déjà. Il était d’abord nécessaire que tu libères (nies, oublies) ton lien avec moi afin d’en faire pleinement l’expérience en le créant entièrement, en le provoquant. Car ton plus grand souhait, et mon plus grand désir, était que tu fasses l’expérience de toi-même en tant que partie de moi, ce que tu es. Tu es par conséquent dans le processus qui consiste à faire l’expérience de toi-même en te créant à nouveau, à chaque instant. Tout comme moi, à travers toi. »

« Vois-tu ce partenariat? En saisis-tu les implications? C’est une sainte collaboration, véritablement une sainte communion. »

« Pour répondre à ta première question, la vie va donc « prendre son envol » pour toi, au moment où tu le choisiras. Mais tu ne l’as pas encore choisi. Tu as retardé, prolongé, fait traîner, protesté. À présent, il est temps pour toi de provoquer ce que tu as promis, de lui laisser place. Pour ce faire, tu dois croire en la promesse, et la vivre. Tu dois vivre la promesse de Dieu. »

« Et cette promesse de Dieu, c’est que tu sois son fils. Sa progéniture. Sa ressemblance. Son égal. Ah… c’est ici que tu butes. Tu peux accepter d’être « son fils », « sa ressemblance », mais tu recules devant l’idée d’être « son égal » ».

« C’est trop pour que tu l’acceptes. Trop de grandeur, trop d’émerveillement, trop de responsabilité, car si tu es l’égal de Dieu, cela signifie qu’il ne t’est rien fait, que c’est toi seul qui crées tout. Il ne peut plus y avoir ni victimes ni méchants; il n’y a que les résultats de ta pensée à propos de quelque chose. »

« Je te dis ceci : tout ce que tu vois dans ton monde est le résultat de l’idée que tu t’en fais. »

« Veux-tu que ta vie prenne véritablement son « envol »? Alors, change l’idée que tu t’en fais, que tu te fais de toi. Pense, parle et agis comme le Dieu que tu es. »

« Bien entendu, cela va te séparer d’un grand nombre (de la plupart) de tes semblables. Ces derniers vont te traiter de fou. Ils vont affirmer que tu blasphèmes. Ils vont peut-être même finir par en avoir assez de toi, et tenter de te crucifier. »

« Ils feront cela non pas parce qu’ils croient que tu vis dans le monde de tes propres illusions (la plupart des hommes sont assez courtois pour te laisser tes divertissements privés), mais parce que tôt ou tard d’autres seront attirés par ta vérité, pour les promesses qu’elle leur réserve. »

« C’est ici que tes semblables vont interférer, car c’est ici que tu commenceras à leur paraître menaçant. Car ta vérité simple, vécue en toute simplicité, offrira plus de beauté, de réconfort, de paix, de joie et d’amour de soi et des autres que tout ce que ne pourraient concevoir tes semblables terriens. »

« Et l’adoption de cette vérité signifierait la fin de leurs façons de faire, soit la fin de la haine, de la peur, de la bigoterie et de la guerre. La fin de la condamnation et de la tuerie, lesquelles se poursuivent en mon nom. La fin de la loi du plus fort. De la loyauté et de l’hommage renforcés par la peur. La fin du monde qu’ils connaissent et que tu as créé jusqu’ici. »

« Alors, prépare-toi, chère âme, car tu seras calomniée et ils te cracheront dessus, ils t’insulteront et te délaisseront. Ils finiront par t’accuser, te juger et te condamner (tout cela à leur façon) dès que tu accepteras et adopteras ta cause sacrée – l’accomplissement de Soi. »

Visitez notre page Gratitude

Visitez-nous sur notre page Facebook

 

Citations de Neale Donald Walsh, Citations de Neale Donald Walsh, Citations de Neale Donald Walsh, Citations de Neale Donald Walsh