Nous admirons nos artistes et nos humoristes, car ils sont différents.

Nous les admirons aussi parque nous pouvons nous identifier à eux : quelque part ils nous ressemblent. Les artistes nous aident à explorer une gamme d’émotions variées et notre humanité.

Nous sommes tous différents, nous l’entendons souvent cette phrase!

Mais quand vient le temps d’exprimer notre différence, le plus souvent, nous nous jugeons nous-même et nous avons du mal à l’assumer. Pourtant, nous admirons ceux qui osent. Si l’on ose, c’est au risque de nous faire dire que l’on dérange. Souvent, nous nous sentons obligés de justifier nos différences. C’est du moins une impression que nous entretenons.

C’est en grandissant que nous découvrons nos différences. Entre enfants, les différences deviennent souvent objets de moqueries… Je vous rappelle que le mot intimidation existait uniquement dans le dictionnaire à une époque encore récente! C’est peut-être pour cette raison que j’ai appris à ne pas tenir compte de ma sensibilité pour me protéger? Jusqu’à en devenir malade, car je ne comprenais pas comment différencier ce qui m’appartenait et ce qui appartenait aux autres. J’étais dans l’entre-deux… trop sensible pour être tout à fait ordinaire et pas assez pour être catalogué comme un médium.

Heureusement, notre époque actuelle nous permet d’oser un peu plus. C’est donc très tard dans ma vie adulte, que j’ai fini par redécouvrir mes différences et que j’ai commencé à les explorer. Le mot clé est vraiment là, il faut oser explorer ses différences!

C’est en explorant ces différences que l’on devient un individu unique qui apporte quelque chose d’unique. Être différent, c’est mon « super-pouvoir ». C’est ce qui me permet d’être fier de moi. Je suis capable de réfléchir différemment et d’écrire des textes qui apportent quelque chose de différent aux autres. Être différent est une très bonne chose!

Les artistes que nous admirons tant l’ont compris. Ils explorent leurs différences.

Un jour, il faudra réfléchir à la manière d’enseigner la différence aux enfants… sans leur imposer notre vision du monde. Juste les aider à découvrir leur « super-pouvoir » par eux-mêmes. Oui, j’ai un « super-pouvoir », et ce n’est pas grave si cela me rend différent aux yeux de quelques-uns.

Luc Côté