Saviez-vous que l’Organisation mondiale de la Santé classe les maladies allergiques au sixième rang des grandes maladies mondiales ? En effet, près de 15 % de la population mondiale est atteinte, ce qui représente environ six cents millions d’individus.

Il existe des facteurs prédisposant qui ne sont pas tous connus. Les modifications de l’environnement et la pollution prennent une place très importante dans l’induction de l’allergie.

Les allergies respiratoires sont les maladies allergiques les plus fréquentes. Les causes principales des allergies respiratoires sont les acariens,  la poussière de maison, les pollens, puis les moisissures et les poils d’animaux. Les acariens sont la cause dominante avec ensuite les poils d’animaux et les moisissures.

Les acariens sont de la famille des arachnides, leur taille varie entre 0,2 et 0,5mm. On peut les voir avec une loupe binoculaire et surtout au microscope. On en dénombre neuf millions au mètre carré. La niche écologique des acariens est le matelas où ils trouvent la chaleur et les squames humaines dont ils se nourrissent ainsi que dans les moquettes, tentures, même dans les maisons les mieux entretenues. Ils représentent 70% des causes des allergies respiratoires et on les trouve dans le monde entier.

Les pollens qui induisent des maladies allergiques sont de très petite taille. Ils sont donc facilement transportés par le vent sur des centaines de kilomètres. Ils sont ainsi capables de modifier la végétation. D’autres pollens, au contraire, sont lourds et très peu sont transportés par le vent : c’est le cas du pollen de blé qui est une graminée sensibilisante, mais qui n’induit des symptômes qu’en cas de contact de voisinage. Les pollens des fleurs représentent 20 % des causes des allergies respiratoires.

Les poils des animaux et les moisissures domestiques et atmosphériques sont parmi les autres allergènes responsables d’allergies respiratoires. Les moisissures atmosphériques sont nombreuses par temps humide et s’associent volontiers aux pollens pour donner des manifestations allergiques intriquées.

Symptômes majeurs :

L’asthme allergique est un bronchospasme allergique (par acariens, pollens, moisissures, poils d’animaux) complètement réversible après la crise.

L’asthme dû aux acariens peut être pérannuel avec un maximum entre septembre et avril. L’asthme pollinique peut être sévère surtout s’il s’agit de pollens d’arbres. Les pollens apparaissent sous nos latitudes dès février et persistent jusqu’en octobre.

L’asthme dû aux seules moisissures atmosphériques est rare.

Il ne faut pas le confondre avec des maladies pulmonaires du type poumons de fermier dont la cause est un champignon du type actinomycète.

La rhinite périodique est provoquée par le pollen. Elle associe des symptômes majeurs (obstruction nasale, éternuements répétitifs et écoulement aqueux) à des signes mineurs : conjonctivite, prurit oculaire, rougeur oculaire et larmoiement.

La rhinite pérannuelle est apériodique. Elle est caractérisée par des signes majeurs : obstruction nasale, écoulement aqueux et éternuements répétitifs. Les signes mineurs oculaires sont beaucoup moins fréquents que dans la rhinite périodique.

Dans tous les cas d’allergies, l’idéal serait de prévenir. Et un des meilleurs remèdes est Code rouge allergie de la compagnie Homeocan. Les résultats avec ce produit sont très efficaces. Le beau avec les remèdes homéopathiques : pas d’interaction ni d’effets secondaires.

Prendre en considération : Reckeweg R43 est recommandé pour l’asthme allergique, affection des voies respiratoires, bronchite et toux. Posologie : 5 gouttes au besoin. Reckeweg R84 : recommandé pour les troubles reliés aux allergies telles que rhinite. Vous trouverez ces produits dans les boutiques d’aliments naturels.

Marie-Lise Pelletier, ND,homA