Marie Josée Ricard

//Marie Josée Ricard
Marie Josée Ricard2018-12-06T19:26:19+00:00

Marie-Josée Ricard

DÉCOUVREZ Marie-Josée Ricard

Mon parcours tumultueux mais bien guidé malgré tout!…

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai le désir d’aider les gens! Je crois que c’est à l’âge de 6 ans que je décide de devenir infirmière après avoir vu des photos
d’infirmières en uniformes avec leurs jolies coiffes! Rien ne me fera changer d’idée. J’ai bien eu quelques fois le désir d’être enseignante, physiothérapeute ou
travailleuse sociale, mais je m’inscris au CÉGEP comme étudiante infirmière. Je ne l’ai pas eu “facile”, car en terminant mes études en 1995, c’est le virage
ambulatoire et il n’y a pas d’emplois disponibles dans ce domaine, alors il m’a fallu un an pour trouver un emploi quelque part. Au même moment, je décide de
changer de domaine pour faire des études universitaires en travail social, mais je ne termine pas mes études universitaires, car je m’occupe de ma mère mourante du cancer avec l’aide des mes frères ainsi que des infirmières du CLSC jusqu’à son
décès.

Je me disais : comme c’est dommage de ne pas avoir trouvé de travail comme infirmière, j’aurais bien aimé travailler au CLSC! J’étais inspirée par le
travail des infirmières qui venaient à la maison… De fil en aiguille, et peu de temps après cela, pour mon troisième emploi d’infirmière, je me retrouve comme « par hasard » au CLSC, qui est toujours mon lieu de travail actuel d’infirmière et
pourtant, c’était très difficile de faire son entrée au CLSC dans ce temps-là! Heureusement, car je me considère plus comme une infirmière de santé
communautaire que d’hôpital!

Après 16 années de travail d’infirmière, je décide d’entreprendre des études ostéopathiques, un rêve que je caressais depuis quelques années! Pourquoi me
demanderez-vous? Parce qu’avec le temps j’ai appris à me connaître davantage et j’avais envie d’aider les gens plus concrètement selon mon essence. Ces longues années d’études m'ont permis d’en apprendre beaucoup plus sur l’être humain et
m’ont appris à utiliser mon ressenti et mon intuition. J’ai appris surtout à regarder l’être humain dans sa globalité « d’Être », soit avec ses composantes physique, émotionnelle et énergétique!

Les études d’ostéopathie ont été difficiles et j’ai eu quelques embûches, mais j’ai découvert une passion pour aider les gens dans la conscience et dans la
responsabilisation de soi. Le faisant pour moi-même d’abord, j’ai appris à refléter et transmettre mes nouvelles connaissances selon ce que je vivais aussi.
L’ostéopathie et les soins infirmiers ne sont pas mes seules passions. Je ne me définis pas par mon travail et d’ailleurs je ne tiens pas aux titres non plus. Le plus
important pour moi est d’être et de faire selon ce que je suis et c’est en constante évolution. L’ostéopathie me rapproche un peu plus de ce que je veux vraiment et je continue de faire des formations continues afin d’élargir mes champs de connaissances, compétences et d’expertises.

Donc, après 23 années comme infirmière et 4 ans comme ostéopathe, je peux direavec certitude, et cela ne changera pas, que je m’intéresse décidément à la santé globale, à la conscience et la responsabilité personnelle sur sa propre santé. En
ostéopathie, je me suis d’abord intéressée à la douleur qu’on nomme «chronique» en faisant mon travail de fin d’études sur ce sujet, ainsi qu’aux «fascias» ou tissus conjonctifs comme base de soins en ostéopathie. Je me qualifie aussi plus comme une ostéopathe avec une approche en santé globale, car on ne peut plus, à notre époque, continuer de dissocier ou compartimenter l’être humain comme le fait toujours la médecine conventionnelle. La clé étant la responsabilité personnelle sur sa santé, la globalité de l’être et le travail d’équipe! Je rêve du jour où toutes les différentes médecines vont se donner la main afin d’aider avec amour et conscience l’être humain!

Bonne réflexion et merci!

Marie-Josée Ricard inf. DO

Où en sommes-nous concernant  la reconnaissance de l’ostéopathie?

By |janvier 23rd, 2019|Categories: Marie-Josée Ricard, Matière, Non classé|Tags: |

La reconnaissance de l’ostéopathie aux niveaux gouvernemental, scolaire et public [...]

Commentaires fermés sur Où en sommes-nous concernant  la reconnaissance de l’ostéopathie?