Qu’est-ce qui vous pousse à parler, à penser et à agir comme vous le faites? Qu’est-ce qui motive vos choix et vos décisions, par exemple dans un travail, dans une relation ou dans n’importe quelle activité que vous faites? Les réponses à ces questions sont du domaine de la motivation, un thème central en psychologie. Cette discipline scientifique cherche à comprendre ce qui pousse les individus à agir. Je vous propose ici quelques explications qui pourraient vous être utiles pour développer une meilleure connaissance et conscience de vous-même.

Commençons avec l’école freudienne qui nous apprend que la plupart de nos motivations sont inconscientes et nous orientent donc à notre insu. Les freudiens utilisent souvent la métaphore de l’iceberg  pour illustrer que la plus grande partie de nos processus psychiques, comme la motivation, sont du domaine de l’inconscient. Nos motivations auraient  rapport avec des expériences de l’enfance, des conflits intérieurs, des pulsions sexuelles et de domination, etc. On peut néanmoins parvenir à identifier nos motivations personnelles, notamment avec l’analyse des rêves et aussi avec une introspection franche et honnête sur soi-même.

Lorsque nous parvenons à identifier de façon consciente ce qui nous motive à agir, il faut encore là se méfier de nos réponses ! Car il est possible qu’une explication en apparence « consciente » de notre façon d’agir ne soit en réalité qu’un mécanisme de défense inconscient pour nous libérer, par exemple, d’un sentiment de culpabilité ou d’un complexe d’infériorité. Je pense ici au déni, à la rationalisation ou à la formation réactionnelle.

La connaissance de soi n’est pas facile ! Je le répète : elle demande une honnêteté inébranlable face à soi-même pour pouvoir entrevoir les véritables motivations de notre être. D’où l’importance de la pleine conscience dont je vous parlais le mois dernier.

Poursuivons l’examen des motivations. Continuons avec la classification des motivations en deux catégories : intrinsèques et extrinsèques. L’idéal est d’agir le plus souvent à cause de motivations intrinsèques, donc sous la guidance de nos valeurs et de nos besoins véritables, ceux qui nous permettent de grandir vers l’actualisation de soi, vers la manifestation de notre potentiel unique.

Au contraire, une motivation extrinsèque est une motivation concernant l’extérieur de soi. Comme par exemple : l’argent, le besoin de se conformer, de plaire, de « faire comme tout le monde ». Il est difficile d’échapper aux motivations extrinsèques. Ce qui importe, c’est qu’elles ne soient pas plus nombreuses que les motivations intrinsèques car il y aurait alors risque de se décentrer de qui on est véritablement et de faire des choix de vie qui nous écartent de notre nature profonde et de nos valeurs.

Ce qui importe aussi, c’est d’être conscient des motivations extrinsèques qui mènent notre vie. En être conscient, plutôt qu’inconscient, c’est déjà beaucoup! Cela nous permet, éventuellement, d’avoir le courage de changer notre vie en faisant de nouveaux choix qui laisseront plus de place aux motivations intrinsèques.

Je vous souhaite de conduire votre vie avec le plus de motivations intrinsèques possibles. Par exemple, dans le choix d’un travail, une motivation intrinsèque vous mènera vers un travail permettant de vous accomplir, de développer votre potentiel et d’éprouver un sentiment de satisfaction et d’accomplissement. Le bonheur s’y trouve!

Inversement, un travail choisi surtout pour des raisons extrinsèques, telles que « bien paraître », ne pas décevoir nos proches, l’argent, ou la sécurité qu’il apporte, risque de nous décevoir, tôt ou tard, et de devenir une source de souffrance dans notre vie. On peut donner la même explication pour le choix d’une relation, ou pour toute autre activité dans notre vie.

Sur ce, le Divin en moi salue le Divin en vous : Namasté !

© Tous droits réservés, Marie Perreault (septembre 2018).