À mesure que nous vieillissons, nous constatons souvent que la mémoire défaille. Notre mémoire se détériore et notre capacité d’apprentissage et de concentration diminue. Les scientifiques pensent que cela s’explique par le fait que le cerveau est plus sensible aux processus inflammatoires chroniques en prenant de l’âge, ce qui affecte principalement ce que l’on appelle la microglie. Les microglies sont des cellules immunitaires spéciales qui se battent comme soldats de première ligne du cerveau. Elles repoussent les germes dangereux et contrôlent leur territoire. Les chercheurs supposent également que les microglies jouent un rôle décisif dans les processus inflammatoires du cerveau, car elles sont capables d’éliminer les bactéries et autres cellules et peuvent même dépasser leur cible. Cela signifie que plus de cellules et de neurones que nécessaire peuvent être détruits, ce qui contribue à affecter la mémoire au fil du temps.

Cependant, les chercheurs américains n’ont découvert que récemment que ce processus de vieillissement peut être ralenti très facilement à l’aide de fibres alimentaires.

Les acides gras à chaîne courte tels que l’acétate, le propionate et le butyrate sont importants pour le fonctionnement de la microglie dans le cerveau. Selon le professeur Rodney Johnson, le butyrate en particulier a un effet anti-inflammatoire sur les microglies. Les butyrates sont produits lorsque les bactéries intestinales métabolisent les fibres. Par exemple, la fibre d’avoine bêta-glucane est décomposée par les bactéries intestinales en butyrate d’acide gras à chaîne courte. Les acides gras à chaîne courte pénètrent dans le sang par les cellules intestinales et de là vont au cerveau. Là, ils peuvent aider les cellules de la microglie à combattre rapidement et efficacement les réactions inflammatoires.

Les chercheurs l’ont démontré dans une série d’expériences : en nourrissant différents groupes de souris jeunes et plus âgées avec une alimentation riche ou pauvre en fibres, puis en analysant le taux de butyrate ainsi que d’autres acides gras à chaîne courte dans le sang et les messagers inflammatoires de l’intestin. On a constaté que dans tous les groupes – qu’il s’agisse de souris jeunes ou âgées – les niveaux de butyrate et la proportion d’autres acides gras à chaîne courte augmentaient considérablement dans un régime riche en fibres. Avec une alimentation pauvre en fibres, seules les souris plus âgées étaient susceptibles de montrer une augmentation des processus inflammatoires dans les intestins. Les souris plus jeunes, par contre, semblaient mieux compenser l’alimentation malsaine.

Il est également intéressant de noter que les souris plus âgées, qui avaient développé des processus inflammatoires dans les intestins et la microglie, étaient capables de les réduire considérablement avec un régime alimentaire riche en fibres.

Les chercheurs supposent que même si les études n’ont été menées que sur des souris, les résultats peuvent également être transférés à l’homme. Selon la Société Allemande de Nutrition (DGE), la teneur en fibres alimentaires consommée par les personnes âgées est nettement inférieure à la valeur recommandée de 30 g par jour. Les aliments riches en fibres alimentaires, dont le métabolisme produit beaucoup de butyrates et d’acides gras à chaîne courte, ne sont pas seulement des fruits et des légumes, mais aussi des enveloppes de psyllium, du son d’avoine, des graines de lin, de l’orge et des fruits secs.

Marie Lise Pelletier

Coach Metabolic Balance

Sources:
1.    Stephanie M. Matt, Jacob M. Allen, Marcus A. Lawson, Lucy J. Mailing, Jeffrey A. Woods, Rodney W. Johnson, Butyrate and Dietary Soluble Fiber Improve Neuroinflammation Associated With Aging in Mice, Frontiers in Immunology, 2018.
2.    Host microbiota constantly control maturation and function of microglia in the CNS DOI: 10.1080/15592294.2015.1039216.