Et si mes choix de vie étaient des choix du cœur? Que se passerait-il? Quand vous l’envisagez, comment vous sentez-vous?

La vie est un long chemin … et bla bla bla. J’ai entendu ce genre de phrase qui ne résonnait pas dans mon senti. En fait, ces belles paroles philosophiques me semblaient vides de sens.

La vie est un long chemin … La vie est un corridor (ou un chemin), mais pourquoi long? Parce qu’il n’y a pas d’autres possibilités. La vie ne serait-elle pas plus intéressante s’il y avait des portes le long du corridor? Des portes s’ouvrant sur de multiples possibilités!

À un moment donné, j’ai choisi une profession, un métier, une occupation qui s’est traduit en une carrière. Parfois, ce choix était le fruit d’un attrait, d’une passion, parfois la vie nous conduit, parfois c’est un choix quasiment de survie.

Gerald Jampolski, si je me souviens bien, un avocat ayant magnifiquement réussi dans la vie : villa avec vue sur le Golden Gate, autos de luxe, etc. M. Jampolski disait : « Is that what is all about? » Évidemment, chacun a son chemin. Il sentait tout de même un vide intérieur malgré une grande réussite.

La vie est long chemin, un long corridor … c’est long … une ligne droite quasi sans fin. Ça vous sourit?

Et si être et changer n’était pas une construction linéaire (bi-dimensionnelle)? Mais plutôt ajouter une autre dimension à la vie, ajouter de la couleur, sortir du noir et blanc.

On dit souvent « aller d’un point A à un point B ». Et si nous disions, aller d’un point A à un point Z? Pour constater qu’il y a 24 autres portes le long du corridor, 24 autres possibilités, 24 autres couleurs.

Et si nous demandions : « Quoi d’autre est possible? Que pouvons-nous créer et générer d’autre? Quelles autres énergies sont disponibles que je n’ai même pas envisagées? Qu’est-ce qui me fait vibrer, qui fait battre mon cœur? » Demander, demandez et vous recevrez.

Ensuite, prendre un moment pour simplement ressentir. Et ne pas laisser le mental chercher toutes les peurs qu’il va nous présenter: le risque de tout perdre, la sécurité d’emploi, l’assurance collective santé, le fond de retraite et j’en passe.

Et si mes choix de vie étaient des choix du cœur, envisager d’autres « possibles »? Que se passerait-il? Comment vous sentez-vous? Léger ou lourd? Et si c’est lourd, est-ce la peur?

Faire la respiration du cœur « Heart focused breathing » chez HeartMath peut vous aider à y voir plus clair. Graduellement, cela vous relie à l’intelligence intuitive du cœur, à votre intuition. C’est un langage sans mot, plein de ressentis.

J’inspire un peu plus lentement et
un peu plus profondément qu’à l’habitude.
J’imagine, je visualise que l’air entre par la poitrine
et à l’expiration que l’air passe aussi par la zone du cœur.
Je continue à ressentir l’air qui entre et sort de mes poumons
et lorsque je me sens prêt, calme …
je prends le temps de ressentir de la gratitude, du contentement
ou tout autre sentiment positif.
Penser à mon/mes petits-enfants,
à mon animal préféré,
à mes amis proches,
au son d’une cascade, à du vent dans les arbres
ou toute autre image, son ou sensation agréable,
le tout pour une durée de cinq minutes si possible.
(Le fascicule est disponible sur demande)

Et maintenant, demandez : « Quoi d’autre est possible? »  Que pouvons-nous créer d’autre? Quelles autres énergies sont disponibles que je n’ai même pas envisagées? Qu’est-ce qui me fait vibrer, qui fait battre mon cœur? »

Et en boni, chaque cinq minutes à ressentir la gratitude (par exemple) stimule le système immunitaire pour cinq à six heures.

Le choix du cœur …

Changer ne se fait pas en un clin d’œil, du moins pour la plupart d’entre nous. Imaginons que nous sommes comme un gros bateau qui veut changer de quai. Le bateau devra avancer et reculer vers l’autre quai. Il y a une habitude à acquérir.

Faire régulièrement la respiration du cœur, se donner le temps de s’ouvrir à d’autres possibilités. Léger ou lourd? Faire place à plus de légèreté, de joie dans sa vie et surtout se l’accorder, s’y habituer.

Louis-Michel Martel