Les sept niveaux de conscience

(Partie 1)

Un grand pin m’a dit : «Cher petit homme, vous avez développé un monde que certains d’entre vous jugent merveilleux, toutefois sans jamais écouter ni vos frères ni les royaumes des animaux, des végétaux ou même minéraux. Vous vous retrouvez dans un monde perpétuellement dysfonctionnel. C’est un honneur pour nous d’être transformé en abri pour vous et vos animaux préférés ou d’être transformés en une magnifique table qui vous permet de rassembler amis, famille, partenaires d’affaires. Que dire de toutes ces chaises en bois qui vous permettent d’assister à des concerts d’écoliers, de jouer au bingo, d’écouter un chansonnier, d’utiliser un manche d’outil et de partager la vision de l’artiste, etc. Nous ne comprenons pas comment des êtres aussi merveilleux que vous ont autant de difficulté à trouver le bonheur, durable en tous cas.»

«Nous n’avons pas peur de la transformation, nous la souhaitons. Imagine la fierté d’être un cadre entourant une peinture magnifique que les gens viennent voir de partout dans le monde. La joie d’être l’allumette qui commence un rituel du feu, ou un repas attendu. Bien entendu l’allumette peut aussi allumer un brasier mortel, la mèche d’une bombe destructive, mais n’oublie pas que la foudre est l’allumette de Gaia, mère terre et elle peut aussi détruire de vastes régions, détruire d’innombrables arbres et abris. À dire franchement, ta question m’inquiète puisque la transformation, même pour le mieux, vous effraie au plus haut point.»

– Ne serait-ce pas une bonne raison pour répondre à ma question ?

«Si nous t’accordons accès à ces connaissances, tu devras te transformer QUELQUE PEU pour expliquer l’expérience dans des mots que les humains vont comprendre. Ce n’est pas une théorie, c’est une transformation. Je reconnais que tu crains peu de choses dans l’énergie, mais cette fois la transformation sera permanente, il n’y a pas de retour en arrière. Certains peuples ont déjà accompli la transformation vers la quatrième dimension, malheureusement, les peurs firent en sorte qu’ils durent revenir à la troisième dimension. Cette fois, le trajet sera beaucoup plus difficile pour eux.»

«Je ne suis pas certain que d’ouvrir la conscience de la forêt soit une bonne chose. Je répète, cher homme,  je suis inquiet, car trop souvent vous n’avez réussi qu’à déformer les choses plutôt qu’à les transformer. Vous abandonnez si rapidement.»

– Ne pourriez-vous pas parler au conseil des arbres ce soir et leur demander. Je ne peux pas faire cela seul, il y a plein de livres merveilleux sur les arbres, leur énergie, leurs propriétés médicinales, ils sont tous écrits du point de vue d’un humain. Pourquoi ne pas nous révéler le vôtre? Avez-vous pensé que peut-être tous ces gens qui aiment la nature et qui tentent désespérément de la protéger, de se libérer, d’évoluer seraient tout à fait conquis et encouragés par vos paroles, votre sagesse sans qu’ils soient déformés par un filtre humain? Vous dites que nous abandonnons facilement. C’est vrai, j’en suis la preuve. J’hésite à écrire un second livre. J’hésite à explorer les 120 villes souterraines, à traverser les 7 portes de Nibis. Il y a si peu de temps qui reste.

«Bien, je parlerai au conseil, la réponse viendra. Réalises-tu que c’est la première fois que tu m’écoutes? Je t’en remercie, petit homme.»

– Merci, maître pin, j’attends votre réponse, celle du conseil des arbres. En juillet, à la dérive sur le lac Saint-Louis en banlieue de Montréal, j’ai posé ma première question à l’univers avant même d’avoir reçu la réponse de la forêt. Les arbres sont très prudents et complètement détachés de l’espace-temps. Il ne faut jamais attendre et devenir impatient, ils ne tolèrent pas l’impatience.

Qui sont ces sept états de conscience dont vous parlez?

Comme toujours, je fais le vide, je rends grâce et j’attends. À peine une heure plus tard, je vois dans ma chaloupe nommée «Marie France» (c’est le nom de ma fille avec qui je passe beaucoup d’heures merveilleuses à la pêche). J’aperçois un Gnome assis à la proue, il me regarde avec un grand sourire aux lèvres. Je lui dis : je vous reconnais, n’êtes-vous pas le roi des Gnomes du lac Masson? Celui qui m’expliqua le rôle des gnomes dans la forêt? N’êtes-vous pas décédé, il y a quelques années de cela?

«Si!»

– J’enfile : m’apportez-vous la réponse du conseil de la forêt?

«Les sept âges de la vie, j’aime bien cela. J’aimerais bien t’aider puisque tu m’as aidé au lac Masson, mais tant que le conseil de la forêt n’aura décidé de partager sa conscience avec toi, je ne peux rien dévoiler. Mais je peux te dire que les niveaux de conscience sont :

  1. conscience du corps physique : transformation du corps physique, les sens;
  2. conscience de l’émotion: les pulsions émotives, l’imagination;
  3. conscience de l’intelligence: l’analyse, la réflexion et résolution;
  4. conscience de l’intuition: l’inconscient, le supra conscient;
  5. conscience de la spiritualité: le détachement, le lâcher-prise;
  6. conscience de la volonté: les peurs, le goût d’agir, la conviction;
  7. conscience de la vie: la transformation, le passage à la 4e dimension et 5e dimension.»

– C’est peut-être la piste à suivre, je suis ouvert à tous, toutefois je préférerais pas trop de lecture. J’aimerais parler à un maître sans quitter ma famille et mes amis pour un long séjour et je ne veux pas escalader une montagne trop haute. Est-ce possible?

Les intermédiaires

(Partie 2)

Souvent, je trouve difficile de bien saisir les gloses des entités et des esprits. Je me concentre particulièrement sur les énergies qui émanent de la nature. C’est très vaste puisqu’il y a toutes celles qui vivent en surface et beaucoup plus nombreuses, celles qui vivent sous terre et quelques-unes dans l’eau et l’air. Certes, elles ne sont pas toutes bonnes pour ainsi dire, mais, généralement, elles sont curieuses et s’intéressent à nous. Le plus souvent, les messages commencent sous la forme d’un sentiment. Ensuite, je pose des questions et finalement lorsque je comprends le sens de la conversation, l’entité sourit et s’en va. Je préférerais qu’elle reste un peu plus longtemps et dialoguer davantage.

Avec les années, j’ai réalisé que c’était peut-être mon impatience et ma hâte de continuer l’exploration de ces mondes parallèles qui précipitent ainsi le contact. Prenez par exemple, lorsque je cherchais à comprendre les changements récents dans l’énergie des Laurentides. C’était un sentiment …obtenir la réponse me semblait assez simple: je n’avais qu’à poser la question à l’énorme pin à Mont-Rolland, devant l’usine de papier sur les rives de la rivière Rouge. Cet arbre communique très facilement avec nous. L’an passé par exemple, j’ai eu une série de communications avec lui et deux autres pins qui forment un triangle au-dessus de la rivière du Nord. Ce triangle permet à une énergie formidable de passer. Au début, je voyais une colonne de lumière juste au-dessus du pont, près de l’ancienne usine de papier Rolland. Je voyais cette lumière de l’autoroute lorsque j’atteignais la hauteur de Sainte-Adèle. C’est particulièrement fort quelques jours avant et après Pâques. Le pin me disait que c’était une énergie nouvelle qui venait s’installer au Québec puisque nous étions en pleine transformation.

Après plusieurs visites, dont certaines avec des amies, j’ai compris que l’énergie qui descendait était celle de Marie-Madeleine. L’éveil des femmes au Québec sera plutôt saisissant dans les années qui viennent, me dit-il. Je ne connais pas Marie-Madeleine et il a fallu plusieurs rencontres pour absorber tout cela et comprendre le sens du message.

Le pin est le symbole de l’éternité, et tous les maîtres et plusieurs autres qui façonnent l’énergie peuvent passer par lui pour communiquer avec nous. Le pin est particulièrement utile pour communiquer avec les défunts qui nous sont chers. Le pin peut aussi nous aider à formuler des plans d’affaires ou des projets à long terme. Le pin aime le mouvement des affaires et pour ceux qui désirent rédiger un plan d’affaires, écrire une vision ou une mission d’entreprise, rien comme le pin. Un endroit merveilleux pour faire cela est aux chutes Wilson à St-Jérôme. Au bout du parc, du côté ouest de la rivière, vous trouverez plusieurs énormes pins très bavards. Il y a des tables à pique-nique et un abri pour le ski de fond l’hiver, et l’été il protège de la pluie.

Donc, pour revenir au pin de Sainte-Adèle, et partager avec vous, j’ai écrit ce qu’il m’a dit par rapport à l’énergie nouvelle qui s’installe au Québec. Voici l’essentiel de ces dialogues :

«Toi qui parles à Joseph depuis toujours, ne connais-tu pas Marie-Madeleine!»

– Comme ça, un peu comme tout le monde, mais bien peu à vrai dire.

«Alors, ces changements, tu ne les voyais pas venir?»

– Oui, mais pas comme l’arrivée d’un personnage. Ce sont les gargouilles du lac Masson qui m’en ont parlé les premières, il y a déjà quelques années de cela. Elles quittent avec les géants pour la région de Val-D’Or. Elles disent retourner à leur origine. Je ne saisis pas très bien ce que c’est l’origine pour une gargouille! J’étais un peu inquiet de sa réaction face à mon ignorance.

«Ce n’est pas surprenant que la femme araignée te nomme “petit homme”. L’éveil des femmes, étrange non? Pourquoi ici et maintenant? Qu’en penses-tu, homme?»

– Je ne trouvais d’autres choses à dire; je n’en savais rien du tout. À ma grande et agréable surprise, l’entité qui vit à l’intérieur continua sur un ton plutôt amical.

C’est à Mont-Rolland que je croyais avoir reçu la réponse à ma question “qui sont les sept maîtres”. Depuis 2004 dans les Laurentides, des changements énergétiques importants se déroulent. Pour cette raison,  je suis allé demander aux trois pins qui forment un triangle avec la rivière du Nord, aux chutes Wilson, l’identité des sept maîtres. Ce fut ma première conversation avec ces magnifiques pins.

Mère, pourquoi m’appelez-vous petit homme? Est-ce une insulte ou cela a-t-il une signification?

«Le petit homme. Bien avant l’arrivée des hommes, il existait des petits hommes, appelés Magah, et qui vivaient sous la terre. Ils avaient conclu un pacte avec les hommes de l’époque. Après l’arrivée des hommes blancs, le pacte était constamment violé par ce peuple avide de pouvoir. Un jour, l’homme vrai vivra dans des réserves à cause de leur dépendance envers l’homme blanc, et sans les sept degrés de la conscience, les sept étapes de l’évolution, les sept maîtres. Je vous présente donc les sept intermédiaires:

  1. conscience du corps physique (transformation du corps physique, les sens): le tremble.
  2. conscience de l’émotion (les pulsions émotives, l’imagination): le Hêtre.
  3. conscience de l’intelligence (l’analyse, la réflexion et résolution): le pin.
  4. conscience de l’intuition (l’inconscient, le supra conscient): le bouleau.
  5. conscience de la spiritualité (le détachement, le lâcher-prise): le saule pleureur.
  6. conscience de la volonté (les peurs, le goût d’agir, la conviction) : le chêne.
  7. conscience de la vie (la transformation, le passage à la 4e dimension et 5e dimension): le merisier. »

– Quel beau cadeau Mère, merci. Maintenant nous pouvons travailler chaque niveau de notre conscience avec l’intermédiaire et toucher au Divin. Je ne saurais vous remercier suffisamment.

En 2019, je vais écrire sur chacune des consciences avec son intermédiaire et vous transmettre le message de l’esprit responsable.

À bientôt.