Bien oui! Je suis tellement désespérée! Lol. Il ne se passe tellement rien dans ma vie amoureuse. Je ne suis même pas près d’une conversation sur Tinder. Je ne sors pas non plus. En tout cas, il n’y a pas de candidat potentiel à l’épicerie ou au terrain de soccer de mon gars.

Je me suis dit: pourquoi pas m’ouvrir des horizons un peu plus larges pour optimiser le rendement de rencontrer du monde et de prendre le temps de m‘y déposer, et d’apprendre à connaître une autre personne. Le contexte de s’isoler en bateau dans une croisière, c’est idéal.

De plus, on peut amener les enfants et ce sont eux qui choisissent ton amoureux dans le concept de l’émission. J’ai pleinement confiance en leurs jugements. Je les implique déjà dans le processus de sélection pour mes choix de rencontre. Disons qu’ils ne sont pas trop sollicités. Je suis loin du but. Il n’y a pas de candidat potentiel.

Niveau familial, quand tu as quatre enfants, dès que tu fais une activité, tu casques vite les billets de banque. Une journée à La Ronde coûte vite 350$. Juste la possibilité de pouvoir faire des activités sans se soucier de comment on va payer, c’est très agréable de ventiler d’autres sortes d’énergies. Fait que oui, merci à ceux qui commanditent la télé.

Parlant de télé, je sais que c’est dans mon plan de vie. Je m’en vais là. Mon talk-show, mon émission pour enfants. De la radio aussi, ma ligne ouverte. Donc pourquoi pas présenter la femme dans un premier temps. Pas la médium. La femme sage, en gratitude, et désireuse de s’investir à nourrir une opportunité de rencontre, avec une personne intéressante, et qui prend le temps de te découvrir aussi. C’est génial.

L’an passé, j’avais été retenue pour l’audition. Ma robe avait un trop grand décolleté. En sortant de là, quand je mesurais le pouls, ça vibrait moyen. Je n’ai pas réussi à être satisfaite des résultats de ma performance. Effectivement, je n’ai pas été choisie.

Cette année, j’ai fait mieux. J’ai eu un problème d’habillement mais mes cheveux étaient sur la coche. Mes réponses étaient bien mais pas extraordinaires. Mon feeling de, après, était mieux mais pas assez pour garantir ma place sur l’expédition. J’ai donc dû travailler en énergie avec des ami(e)s pour améliorer ma cause. J’ai deux chroniqueurs dans ma revue qui m’ont aidée. La spécialiste des anges Joane Flansberry m’a introduite à l’ange Nanaël qui optimise la chance. J’avais du karma à régler avec ça. Mon ami Donald Doan a suivi le dossier en énergie pour son évolution. Il a trouvé que j’étais rendue à accueillir les cadeaux de la vie, réclamer mes dûs de bonnes et nombreuses actions. Par chance, je n’ai pas d’auto-sabotage. Je m’entraîne à manifester cette occasion de la matière. Ce n’est pas de la magie.

À la question pourquoi moi plutôt qu’une autre? Je n’ai pas bien répondu. Je n’ai pas la compétition à l’intérieur de moi et je n’aime pas me vendre. Alors, je vais m’exercer à répondre ici, sans pression pour répondre rapidement. Je ne sais pas si je vais faire mieux, sérieux.

C’est qui Julie? C’est une femme qui mord dans la vie. Elle adore rencontrer de nouvelles personnes, pour discuter, embellir la vie, de faire une conversation banale en un événement de joie, de plaisir. Tout simplement que Julie aime la vie. Chaque rencontre est importante et chaque personne mérite de recevoir son attention, sa simplicité, sa joie de vivre. Elle aime faire une différence positive dans la vie des gens. Sourire à la vie lui demande simplement d’être présente à chacun. Julie, c’est tout ça. Joyeuse, blagueuse et amoureuse de la vie. Facilité à parler à des gens et les rendre à l’aise. Excentrique à mes heures car j’aime mettre de la couleur dans la vie pour égayer sa journée et celle des autres. C’est une femme extraordinaire puisqu’elle réussit à rester elle-même et authentique. Elle n’est pas hypocrite. Ce que vous voyez, c’est Julie.

Aussi, parce que je souhaite réellement prendre des vacances, ça fait longtemps que j’en n’ai pas eues ($$$). Amener les enfants à vivre un sentiment de reconnaissance, comme quoi la vie peut nous gâter des bonnes actions que nous faisons. Et surtout d’expérimenter le dating-rencontre en voyage. Ce qui est extraordinaire en soi. Ce que je ne peux pas me permettre par moi-même, finalement.

Je suis donc prête à rentrer dans le jeu des autres et d’y prendre ma place, pour tester mon caractère, pour élaborer des potentiels illimités qui peuvent prendre place avec l’occasion, et surtout apprendre à reconnaître ce qu’est l’humilité quand tu le partages avec le public. Je sais que je vais être aimée. Je suis une personne aimante et aimable.

Oui, je suis consciente de la qualité de ma candidature mais je ne sais pas bien comment la vendre. Ce que j’ai vu avec la deuxième entrevue, c’est que ma tête a encore tendance à répondre. Je me suis promis que la prochaine fois, parce que oui j’y retourne jusqu’à temps que ça fonctionne, j’ai décidé que je pars, j’allais m’en remettre à 100% à mon cœur. De toute façon, c’est ça qu’ils veulent, c’est là que ça se passe.

L’audition se passe devant huit personnes. Moi ça va, ça ne me rend pas nerveuse. C’est le même effet qu’il y ait mille personnes devant moi. Je l’ai, qu’est-ce que tu veux! Moi, je veux que ça serve. J’attends juste mon tour et ça va venir. C’est rare que tout le monde nous aime. Aussi bien se plaire à soi-même.

Soyez bénis.

Julie L.