Comme vous le savez, je suis divorcée depuis 8 ans et demi, et malgré mon ouverture à rencontrer quelqu’un, il n’y a rien qui se passe, même sur internet, au niveau de mes amours.

Ce n’est pas tout à fait vrai. Dans la matière oui, ce n’est que des X rouges dans les catalogues virtuels. Je ne me satisfais d’aucun candidat sur ces sites car, côté vibratoire, rien ne me passe par le cœur sur ces dits prétendants. Les gens sont défaits et inintéressants. Le corps de souffrance n’a pas été travaillé. Étant une grande spécialiste du regard énergétique, je sais en trois secondes ce qui cloche et pourquoi ça ne m’intéresse pas comme candidature.

Je sais que j’aspire à quelqu’un de prêt et de grandiose de Qui Il Est dans la matière et dans sa vie, dans son cœur. Divinement parlant, quelqu’un qui s’accomplit. Parce que c’est ce que j’offre. C’est ce que Je Suis.

Au moins, ma grande sensibilité d’œuvrer avec mon âme me sert à quelque chose. J’ai souvent de belles rencontres d’âmes, je suis choyée d’avoir accès à ce don-là. Je suis consciente de mes relations avec d’autres âmes qui vibrent à mon niveau pour partager des moments et des échanges grandement enrichissants.

Je vais garder l’individu anonyme parce qu’il a une charge et un devoir, une responsabilité énorme dans le cadre de ses fonctions. Ce n’est pas une personne qui est libre. Il est coincé dans son rôle public ainsi que dans celui de son mandat. C’est une personne que tout le monde connaît au Canada, et même ailleurs. Assez d’indices, j’en ai dit suffisamment.

Faut savoir déjà, qu’en tant que médium de profession, je sais faire la différence entre un contact d’âme et un rêve symbolique ou de nettoyage. J’ai assez d’expérience et d’écoute, une dévotion consciente, que quand je suis en service, je fais les choses.

Dans le cas qui nous concerne cette fois-ci, c’est une rencontre d’âmes qui s’est faite en cinq étapes, ou cinq fois si vous préférez. La première fois, il était au début de son mandat. Je suis entrée en contact avec lui grâce à mon beau-père qui a des aspirations profondes qui vont en direction du dit individu, et on me charge de lui faire parvenir un dossier quelconque à régler urgemment. Je n’ai pas eu le temps de rien… Dès qu’on s’est croisés, ç’a été un torrent passionnel de sensualité extrême qui a fait tout éclater, convenances et respectabilité. C’était assez intense que je me suis surprise d’avoir un contact comme ça, saisissant, d’une première fois. Sa femme est entrée pendant ce contact et elle était contente pour nous. Elle comprenait les implications de la fonction et elle avait accepté tout ce qui venait avec.

La deuxième fois, un peu plus loin, nous étions dans un genre de bar hawaïen, en famille, mes enfants, ses enfants, sa femme. C’était vraiment chill, agréable, sympathique, authentique, vrai. Je lui ai remis une copie de mon livre Guérir avec les Stars, entrevues avec des vedettes décédées. Il a eu un malaise, a refusé le cadeau et demandé à sa famille de partir dans l’immédiat. J’ai accueilli mais j’ai compris plus tard, grâce à une amie qui m’a aidée à faire le point, que c’est une personne très lumineuse, mais à cause de ses fonctions, c’est une façade qu’il a prise car la spiritualité n’est pas compatible avec son travail. C’est mal vu et l’ombre travaille déjà fort pour lui rentrer dedans ou le déstabiliser; il n’a pas le choix de jouer le jeu de l’uniforme qu’il a pris, le rendant dans une structure lourde et inflexible. Je l’avais bien senti en lui remettant mon livre parce que c’était placé pour ça.

Mais il est revenu récemment. Une partie de sa vie brasse beaucoup, c’est très agité autour de lui, et parallèlement dans la collectivité. Malgré tout, le temps que nous avons passé ensemble, d’âme à âme, fût très très agréable. Il m’a amenée là où il travaille, un endroit assez classe, très vibratoire. À notre troisième rencontre, il y avait beaucoup de rire, de détente, et certains dossiers avançaient. Il m’a fait visiter et ç’a retombé dans le torride rapidement. C’est arrivé cet été.

La semaine passée, quatrième et cinquième fois se sont placées à deux jours d’intervalle. La quatrième, il m’a fait visiter son espace personnel. Il y avait un cachet d’autrefois dans l’ameublement, très classique. On est passé aussi à côté de l’espace personnel de sa femme. Ils ne sont pas à la même place physiquement, ni vibratoirement. C’est là que j’ai compris qu’il vient me chercher parce qu’on vibre à la même place, même si on ne se connait pas.

La dernière fois, il m’a amenée dans le cœur d’une ville riche en architecture et en ambiance tamisée du soir magnifique, bien dosée. C’est alors que je me suis considérée chanceuse de pouvoir vivre des situations tellement parfaites, des activités avec une personne qui me ressemble, avec qui on trippe à être ensemble à simplement profiter de l’essence grandiose de la vie, avec une musique d’opéra en arrière-trame, d’un spectacle live que nous captons, en sirotant un verre parfait, bien dosé, avec des bouchées gastronomiques. Le bonheur total, quoi.

Discussion égale, neutre et agréable. Une chimie et une complicité délicieuse. Mon amie me dit que c’est un prince. Et elle a raison. Il n’y en a pas beaucoup, très peu même. Sont rares. J’en connais juste un au Canada, et c’est lui. C’est sûr qu’il doit y en avoir d’autres, ou du moins un autre, qui vibre parfait pour moi comme ça. Je le prends maintenant comme une référence de mon homme idéal.

Je me suis investiguée de l’aider à distance pendant qu’il fait son sprint professionnel pour les prochains temps. De le renforcer dans sa lumière et de l’amener à Qui Il Est davantage, pour rester droit et neutre face à tout ce qui se passe. Il l’accueille. Fait que tant mieux si je peux contribuer à l’évolution humanitaire en amenant du bonheur et de la paix dans la vie d’un prince, par la bande en arrière. En tout cas, moi ça m’apporte des beaux moments d’élévation de conscience en précisant Qui Je Suis.

Je ne sais pas s’il va y avoir une suite avec cette âme, mais c’est clair que je m’enligne éventuellement pour faire une rencontre d’âme avec son père qui est décédé et qui est connu de tous aussi. Oui, son père me confirme qu’il a été élevé comme un prince. J’en comprends qu’il accepte de me rencontrer pour une entrevue. À suivre…

Gratitude

Julie L.