Petit concept qui est idéal en théorie et qui prend du temps à dépasser dans la matière. Si je regarde le début de mon célibat, il y a huit ans, j’avais besoin de parler à quelqu’un qui a une bonne écoute, j’avais le goût de dormir avec une personne, je voulais du sexe. J’étais appelée à mettre du piquant dans ma vie, comme un désir de faire des activités avec une personne agréable. J’aimais l’impression que je pouvais me rapprocher de quelque chose d’excitant à vivre, comme un rêve de bâtir une vie de rêve.

J’ai vécu beaucoup de tentatives à essayer de construire quelque chose, pour que ça ne fonctionne pas finalement parce que j’étais trop pressée d’essayer dans l’histoire, sans me rendre compte, avant, que cela ne pouvait pas être nécessairement compatible, au-delà de certains attraits stimulants.

J’ai développé une intolérance aux détours, au perdage de temps, aux affaires pas claires, au manque de transparence, aux manipulations masculines, au non-engagement, à la non-implication et non-reconnaissance de ce qui en est. Pour ainsi dire, face à tout non-respect de tout genre. Malheureusement, sur le marché virtuel, il y a peu de place pour la considération humaine dans ses fonctions divines. C’est vide!

J’ai donc appris à faire face à ce que je fuyais, c’est-à-dire moi. J’ai commencé à accepter ce que je cherchais au fond : c’était mon équilibre. Plus je revenais à moi, plus j’étais capable de communiquer ce qui se passait dans mon espace, et d’y mettre des limites pour que l’abus s’arrête là. C’est le problème des personnes généreuses en fait.

Tous ceux que mon chemin a croisés durant cette longue et interminable période de mon cheminement m’ont fait royalement grandir. Ce n’est pas que je l’ai eu à la dure, mais mon égo c’est sûr qu’il a été affecté et que j’ai dû le reconstruire sur une base plus compatible. Et je peux dire que je suis aussi passée par plusieurs reconstructions du cœur parce qu’à chaque expérience, on le grafigne. C’est mon but dans la vie, un cœur intact et pleinement fonctionnel. Je mets mes efforts là-dessus constamment.

Je suis aujourd’hui de très bonne compagnie. Je suis joviale, tranquille et en paix. Je n’ai plus besoin de m’asseoir sur une situation qui ne me convient pas parce que je suis en compromis. J’apprécie très bien ma solitude, comme un océan de bonheur au paradis. Je ne me fais plus souiller par des imbéciles qui s’essaient. L’osmose que je vis avec moi se concentre sur ma carrière et famille. Ça remplit bien ma vie. Je me divertis par moi-même.

Pour dormir avec quelqu’un, je dors avec des oreillers à côté de moi. C’est génial parce que ça ne ronfle pas, ça ne donne pas de coups de pied, c’est juste le confort. Occasionnellement, le chat vient dormir avec moi, sauf que lui s’amuse à me réveiller le matin.

Pour le sexe, j’ai trouvé ce que j’aime quand je le fais par moi-même. J’ai mon orgasme assuré, ce qui n’est pas le cas avec un/e partenaire. J’évite toutes les pollutions transmises par l’énergie sexuelle non véhiculée par le cœur, donc moins de nettoyage et de construction pour réparer le ravage que ç’a causé. Je l’ai quand ça me tente, et sans raison particulière ou conditionnelle.

Pour ne pas être seule, je l’ai dépassé avec le temps. J’ai l’équivalent de trois ans passés en samedis soirs sans rencontre, ni amie. Je développe des dons, je fais ce que j’aime. Je suis moi-même, je suis mon rythme. J’ai appris à vivre pour moi, puis, je me fais plaisir et je me gâte simplement. En aucun cas, je laisse passer une personne toxique dans ma vie. C’est éliminé d’office dès que je constate que c’est croche. Si tu n’es pas droit, tu n’as pas d’affaire là. Voilà ma devise. La sélection naturelle se fait toute seule. Ça s’appelle le discernement.

Régler son passé, tout le monde est au courant de le faire, mais peu le font en conscience. Je peux donc affirmer haut et fièrement que j’ai passé au peigne fin tous mes espaces qui se manifestent à mon attention à mesure que j’avance. J’y mets tout l’amour pour ramener ça au point neutre, karmiquement parlant. Oui, parce que je souhaite me libérer de tout ce qui fait entrave à la parfaite réalisation de ce Qui en Est. C’est là que je m’en vais. C’est très clair. C’est plus facile de focuser aussi. Je m’accompagne à y aller. Je n’ai pas besoin d’une personne pour le faire, c’est-à dire de m’accompagner pour réussir.

J’y arrive parce que je suis dans mon moment présent. J’ai la certitude intérieure que je ne serai pas une esseulée pour le restant de ma vie. Ce n’est pas une fatalité en soi. Je sais que lorsque je serai prête et solide dans Qui Je Suis, la vie va m’envoyer une personne remarquable et exceptionnelle pour construire avec moi une merveilleuse réalité. Pourquoi? Parce que c’est ce que je construis en ce sens depuis des années. Je cultive les merveilles dans mon essence. C’est ça, ou rien. C’est aussi simple.

En accueillant avec discernement ce que la vie nous apporte à travers ses expériences, nous sommes toujours aptes à saisir pleinement les surprises agréables qui nous enrichissent et qui nous font grandir. Je ne dis pas non aux expériences satisfaisantes de mon incarnation. Si ça m’appelle, oui j’y suis. Ce n’est pas un processus mental, ni émotionnel, parce qu’il y a de l’ordre là-dedans, au niveau de mes énergies. Ç’a été travaillé en me respectant lorsque j’ai un contact quelconque avec quelqu’un. Voilà comment se fait le retour à la droiture : avec délicatesse et respectabilité.

Alors, je me comble de ce qui fait mon bonheur, dans le respect de tous. Je suis stable, centrée. C’est le plus beau cadeau que je pouvais me faire. Faire de mon mieux dans l’espace que j’ai à couvrir, incluant avec les gens qui y gravitent déjà. Équilibrer à mesure.

Voilà ce qui est sage en ce moment pour les célibataires heureux de ce monde. Je vous transmets la recette de ce qui marche très très bien pour moi. C’est même dur à expliquer; les gens pensent que ça ne va pas quand tu es longtemps célibataire. Au contraire, c’est parce que ça va trop bien, que je veux garder ça comme base de construction à ma vie. Ça me prend quelqu’un d’égal, ce qui est quand même rare.

C’est parfait! Vivre l’équilibre au-delà des illusions.

Soyez bénis! Namasté

Julie L.