Bonjour cher lecteur. Après un stage de Kundalini Yoga en France en juillet dernier, j’ai eu l’inspiration de vous parler des cures détox.

Oui, ce stage proposait une monodiète détoxifiante ayurvédique. Dans ce cas-ci, on parle de deux repas identiques chaque jour avec très peu d’ingrédients. J’étais très intriguée à savoir comment les gens allaient réagir face à cette proposition alimentaire! Plusieurs approches et diètes sont possibles en Ayurvéda mais elles ont toutes le même but : alléger au maximum le système digestif pour permettre un grand nettoyage du corps et de l’esprit.

Pourquoi faire une cure?

 Nous accumulons au fil du temps et des jours, des amas (déchets) dans l’organisme, durant le processus normal de la digestion et de la transformation des aliments. Par la cure, on souhaite se débarrasser des toxines des aliments mal digérés et des produits chimiques qu’ils contiennent (pesticides, colorants, conservateurs, etc.). Entrent aussi en ligne de compte les toxines des polluants extérieurs (cigarette, parfums, microparticules de plastique, etc.). Normalement, le corps se détoxifie et se nettoie adéquatement au fur et à mesure lorsqu’il est bien nourri, bien hydraté, qu’il bouge suffisamment et que le repos est optimal. Ces facteurs n’étant pas toujours présents, le système devient donc surchargé de toxines de toutes sortes. Plusieurs symptômes peuvent nous indiquer qu’il est temps d’y remédier :

  • Fatigue;
  • Concentration à la baisse;
  • Problème de digestion, ballonnement;
  • Teint jaunâtre, grisâtre;
  • Problème de peau;
  • Douleur chronique, arthrite;
  • Manque d’énergie;
  • Mélancolie;
  • Insomnie;

Sept à dix jours composent le laps de temps idéal pour faire ce nettoyage en profondeur. Afin que la cure soit complète et optimale, il faudra combiner la diète alimentaire, l’exercice et le repos qui feront un trio gagnant. À cela s’ajoutent, si l’on peut se le permettre et pour potentialiser son effet, les massages qui aident grandement à rétablir une meilleure circulation sanguine et lymphatique.

La cure détoxifiante, c’est un décrassage du système. Les organes émonctoires sont sollicités à tous les niveaux pour permettre cette évacuation de toxines (foie, reins, poumons, peau et intestins).

On trouve plein d’informations sur internet à ce sujet. Si vous êtes un habitué des cures, vous savez sans doute que plus elle est austère, plus il est difficile de la maintenir. Je crois fermement qu’il faut une bonne préparation pour vivre un succès dans la douceur et la légèreté durant ce processus de nettoyage, et que la diète doit prendre en considération nos facteurs personnels afin d’être appropriée à notre condition.

Une cure adéquate

Plusieurs façons de se détoxifier nous sont proposées mais toutes ne sont pas adéquates pour nous. Vous est-il arrivé d’entreprendre un régime qui soit sensé être bon pour la santé et que celui-ci ne fasse rien pour vous? Pourquoi ne perd-on pas de kilos ou se sent-on affamé ou, même pire, que l’on se voit un peu gonfler? Parfois, on se sent même plus fatigué qu’avant! On se demandera alors pourquoi ça fonctionne pour certains et pas nous.

Notre constitution, notre DOSHA (Vata, Pita, Kapha) y est pour beaucoup.

Pour revenir à mon stage de cet été, il fut très intéressant de constater ces différences. Un vrai laboratoire pour moi!

La monodiète proposée lors de ce séjour était à mon avis très austère et c’est pourquoi il fut plus aisé de voir les réactions des gens au fil des jours.

Réaction différente pour chaque type de constitution

Les types VATA s’en sont accommodés à peu près toute la semaine mais ont très peu mangé. Ils ont mangé avec peu d’appétit et misaient sur le potentiel de bien-être à venir. La fatigue les a rattrapés assez rapidement. Les saveurs épicées proposées ont été adoptées à moitié.

Les types PITA ont mangé avec un appétit incroyable! Sourire aux lèvres et ils se relevaient pour se servir à nouveau parfois. Ils étaient satisfaits de cette diète et étaient contents d’entamer à fond cette détox. Je les ai vus essayer de créer un autre style de plat avec le même ! Les épices? Pas de problèmes pour eux, ils n’ont peur de rien.

Les types KAPHA ont recherché désespérément les saveurs sucrées. Le manque de stimulant alimentaire (café, sucre, liqueur, etc.) a été plus difficile pour eux. Ils ont boudé plus aisément cette proposition alimentaire et ont rêvé à des plats plus joyeux toute la semaine. Ils ont essayé de maintenir le cap mais ce fut ardu. Les épices, pas trop pour eux non plus.

Évidemment, je vous mentionne les réactions typiques les plus marquantes. Il y a un monde de nuances à cela. Les Doshas sont rarement purs; il y a la plupart du temps un deuxième qui le seconde,  ce qui caractérise plusieurs réactions à un même stimulus.

En résumé, ce que j’ai constaté encore une fois est qu’il est important de consulter un professionnel en santé globale pour déterminer nos réels besoins. Bien sûr à ce stage, tout le monde a trouvé un certain bienfait et c’est tant mieux. Cependant, il y a des gens qui ont eu de meilleurs résultats que d’autres. En consultant, on s’assure de cibler certaines problématiques plus pointues et on peut davantage personnaliser cette cure pour bénéficier du maximum de son efficacité en plus de vivre un succès.

Le corps est notre temple pour toute notre vie. Il mérite toute votre attention, il vous véhicule en tout temps. Il est normal qu’il passe avant l’entretien de votre automobile. Il faut renverser la tendance qui veut que l’on s’en occupe seulement quand on développe un malaise ou une maladie. Justement, pour prévenir tous ces désagréments et garder une énergie optimale, il faut y voir avant.

Je voudrais, en terminant, vous souligner que se nourrir va plus loin que le simple fait d’apporter des aliments à sa bouche. Tout ce que l’on consomme :

  • Lecture;
  • Émissions de télévision;
  • Amis que l’on fréquente;
  • Endroit qu’on visite;
  • Musique écoutée;
  • Activité;

Tout ça devient une nourriture subtile pour l’âme et l’esprit. Il n’y a pas que le corps physique qui a besoin d’attention, mais bien tous les corps. Mais ça, c’est une autre chronique !

Je vous souhaite de profiter de chaque instant qui passe, la seule véritable façon de vivre!