Commençons par les enseignements de Grand-Mère Lune pour le mois de septembre. Puis, parlons des herbes sacrées de la roue de médecine autochtone. Consultez la chronique précédente pour plus de renseignements.

La Lune de Maïs

La lune de Maïs nous bénit avec une abondance de nourriture et nous apprend à être attentifs au cycle sans fin de la vie. C’est le temps de se préparer à apprécier la fin de l’été. Cette période nous parvient d’un enseignement sur l’accueil et l’acceptation des changements : le cycle de vie de la Création ne prend jamais fin. Donc, on doit laisser derrière nous ce qui nous agace pour que nous puissions croître et passer à autre chose.

En septembre, le maïs est prêt à être récolté et, alors que nous éplucherons les épis, nous découvrirons 13 rangées de graines multicolores. En fait, ces graines représentent tous les esprits qui attendent pour commencer leur marche sur Terre. La lune du maïs nous rappelle que chaque décision et chaque action doivent être prises en tenant compte des générations futures et des apprentissages qu’ont fait les générations passées. Il est de notre responsabilité de préserver et de préparer ce monde à toutes nos relations à venir.

Le maïs joue également un rôle mythologique et culturel important chez les Anishinaabe. Il est honoré lors de diverses cérémonies du maïs qui se déroulent au printemps et en automne où il en est le personnage central de nombreuses légendes. D’ailleurs, la récolte est une bonne métaphore de la récolte de son esprit. Donc, en septembre, c’est un bon moment pour nettoyer et éclaircir tous les problèmes de notre vie. Priorisez des rituels qui invitent au pardon et à la guérison des vieilles blessures émotionnelles et physiques, non seulement pour vous, mais aussi pour ceux qui transgressent votre intimité. Autorisez-vous à lâcher prise afin de récolter l’abondance de votre âme et de votre croissance. Débarrassez-vous du vieux pour faire de la place à votre nouvelle lumière qui grandit en vous!

Bref, la Lune du Maïs nous apporte protection, prospérité et abondance. Portez attention au 14 septembre 2019, le jour où aura lieu la pleine lune du Maïs.

Les herbes sacrées

Comme vous avez pu l’apprendre dans la précédente chronique, la roue de médecine autochtone possède quatre directions. Chacune d’entre elles représente une énergique unique et possède une symbolique particulière dont sont associés différents éléments. Attardons-nous aux quatre herbes sacrées : tabac, sauge, cèdre et foin d’odeur (sweetgrass).

Le tabac est associé à la direction de l’est. Il est souvent utilisé comme offrande pour protéger la santé et la sécurité d’un peuple, pour demander l’aide du Créateur ou pour exprimer sa gratitude. L’offrande peut être aussi donnée à une pierre, à un animal, à un arbre, etc. Cette herbe nous unit au monde des esprits à travers sa fumée qui transmet nos prières et transcende les esprits.

La sauge est associée à la direction du sud. Elle est un puissant purificateur de l’espace ainsi que de l’aura et elle libère le mental troublé. C’est un transmutateur d’énergies négatives. Cette herbe est souvent utilisée par les Autochtones lors de la cérémonie de la fumée puisqu’elle crée des zones neutres empêchant «l’esprit mauvais» d’entrer à l’endroit où a lieu la cérémonie. Elle est aussi utilisée pour des objets sacrés, comme un calumet, afin de les purifier.

Le cèdre est associé à la direction de l’ouest. Cet arbre de paix symbolise l’équilibre. C’est un grand purificateur qui aide à la prière, au calme ainsi qu’à la sérénité tout en accélérant la guérison. Il attire de bonnes énergies, soigne plusieurs infections et éloigne les cauchemars pour un sommeil réparateur. Lorsqu’il crépite en étant brûlé avec du tabac, vous recevez la confirmation sonore que votre offrande est reçue. En tisane, le cèdre est riche en vitamine C.

Le foin d’odeur, communément appelé sweetgrass, est associé à la direction du nord. Il symbolise le féminin. On dit que ce sont les cheveux de Terre-Mère d’où le fait qu’on le retrouve souvent tressé. Il apporte l’harmonie, une ambiance agréable et le calme. De plus, il incite à l’ouverture et à la réception d’ondes positives. Son odeur rappelle la gentillesse, l’amour et la bonté que Terre-Mère a pour son peuple. Lors d’un cercle de guérison, utilisez-le pour attirer les entités bénéfiques qui vous aideront.

Petit conseil : vous pouvez mélanger les quatre dans une petite pochette afin de vous aider à garder un certain équilibre intérieur au sein de votre roue de médecine personnelle.

Patricia Arial

Petit Lynx